Raphaël BERNARD

Architecte-urbaniste, l’ensemble de ma production découle de la pratique du carnet de croquis. Mon travail se résume à une quête de l’esquisse idéale, celle qui permet de fixer une pensée, voir une philosophie tout entière, de placer le regard là où on ne l’attend pas. Les promenades sans fin au fil de l’eau, du fleuve, de l’estuaire, de la mer ont nourri par la suite toutes ces aquarelles pour m’embarquer pour voyage initiatique vers un imaginaire ligérien.

GALERIE

Des silhouettes aux portraits

Corps dévoilés

Au hasard des villes

Le long des quais

Mon travail en quelques lignes…. 

L’ensemble de ma production découle de la pratique du carnet de croquis inscrit dans ma culture d’architecte. Mon travail est une quête de l’esquisse idéale, celle qui permet de fixer une pensée, voir une philosophie tout entière. Les promenades sans fin au fil de la Loire, le long des berges, le long des quais jusqu’au cœur des villes ont nourri mes dessins, mes aquarelles afin de préparer ce voyage initiatique vers un imaginaire ligérien.

Au delà de ce territoire, mon projet consiste, plus globalement ou plus simplement, à révéler le romantisme des lieux tel que le définit Novalis (1772-1801):

«Le Romantisme, c’est donner au commun un sens élevé, à l’ordinaire un air de mystère, au connu la dignité de l’inconnu, au fini l’apparence de l’infini»